Streetkiss


Comment l’aventure Street Kiss a-t-elle commencée?

Il y a trois ans. C’était avant tout deux personnes qui avaient un goût pour l’art urbain, à qui il est venu l’idée d’embrasser les gens dans la rue... Ça a tourné gentiment, plutôt comme un délire entre potes et puis c’est plus ou moins tombé à l’eau. Ça n’a redécollé qu’il y a un an environ.

Comment avez-vous réussi à vous faire connaître ?


Grâce aux vidéos que l’on avait mises en ligne sur des sites de partage. Notre grande chance a été que des journalistes de Canal + qui préparaient un reportage sur les nouveaux moyens de diffusion sur internet tombent sur nos vidéos. Du coup on a été programmé dans l’émission « Tentation 06 » …

Quels sont les moyens de diffusion que vous avez utilisés, et que vous utilisez actuellement ?


Ce qu’on a principalement et toujours utilisé ce sont les sites vidéos de broadcast, qui sont souvent bordéliques mais qui offrent une audience énorme. Et puis, plus récemment, depuis que ça marche et que l’on a une petite notoriété, on est passé au support papier en créant un dossier de presse.

Puisque vos moyens de diffusion favoris sont les sites de partage de vidéos, comment décririez-vous la plateforme idéale ?

La plateforme idéale, c’est d’avoir son propre site web, parce que l’on contrôle intégralement son mode de diffusion, autant en ce qui concerne le contenu, que la forme, l’esthétique du site. Mais encore faut-il que les gens aillent sur ce site. Alors du point de vue de l’audience le plus efficace reste les sites de partage populaires. L’ennui, c’est que ceux-ci acceptent tous les contenus, sont assez bordéliques et pas forcément très bien designés. Alors, l’idéal serait d’avoir une plateforme éditorialisée qui permette de créer sa propre page qui puisse être telle qu’on l’avait imaginée.