Depuis combien de temps pratiquez-vous la photo ? Pourquoi avoir choisi la photo plutôt qu'un autre medium?

Je pratique la photo depuis mon adolescence. Mes amis m'offraient régulièrement des appareils compacts, car ils avaient remarqué ma tendance à vouloir imprimer sur la pellicule les bons et les mauvais moments de la vie.
J'entretiens un rapport particulier avec la notion de traces, la lutte contre ce que j'appelle la mémoire volatile, cette mémoire sélective qui nous fait nous rappeler des choses, des sensations, des émotions, des événements, à travers un prisme totalement subjectif et parfois trompeur.

Depuis 2001 environ, j'ai commencé à pratiquer la photo de façon plus sérieuse. Elle est devenue non plus un simple moyen d'archiver les instants, mais un véritable moyen d'expression artistique. Je suis journaliste, mon travail consiste à rendre compte, à travers les mots, mais aussi à travers l'image. J'ai choisi la photo comme l'un de mes moyens d'expression privilégié pour le pouvoir évocateur que renferme l'image. Je ne crois pas que l'objectivité existe réellement. A travers une photo, on parle également de soi, on offre son propre point de vue sur le monde.

De quelle façon pratiquez-vous la photo ? Quand vous prenez une photo quel est le point le plus important, sur lequel vous vous focalisez ?

Je vois la vie en noir et blanc. Je lui trouve une force évocatrice intemporelle. En noir et blanc, je travaille en argentique, avec de la 3200.
Je n'utilise jamais de flash, j'aime le grain et les forts contrastes proches d'un certain expressionnisme. Le cadrage et la composition priment, après le sujet de la photo lui-même. Je ne m'intéresse que peu à l'architecture, aux paysages, aux textures. Je préfère les scènes de vie et les gens, l'échange et la rencontre à travers un objectif. Le Querrec dit que lorsqu'on prend une photo, on est comme un metteur en scène, on doit parvenir à agencer les différents protagonistes dans l'espace et saisir le fameux instant décisif.
Je pratique également depuis peu la couleur, en numérique. Mais là, je travaille les photos en atténuant les couleurs (en désaturant les photos), j'aime ces couleurs discrètes qui restent proches du noir et blanc.

J'ai pu remarquer que vous jouez beaucoup avec les reflets. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ? Pourquoi avoir choisi le reflet ? Comment, d'un point de vue technique, les réalisez-vous ?

Les reflets représentent pour moi les différentes dimensions qui s'expriment par le regard propre à chacun. Mille et une façon d'appréhender le monde.
J'ai l'impression d'être le seul à voir ces chocs de dimensions que je tente de capter. D'un  point  de  vue  technique,  c'est  assez simple. Il  suffit de  faire  le point sur  les reflets  eux-mêmes...

J'ai également pu constater que vous aviez réalisé une série sur les concerts ; selon vous qu'est-ce qu'une image peut capter de la musique ?

L'énergie  avant tout. La force d'un concert, c'est cette débauche d'énergie communicatrice. A travers les photos, c'est ce que  je  tente de restituer.
Un sujet en concert, notamment les concerts de rock, est constamment en mouvement. Il s'agit de montrer sur une image fixe ces mouvements, et l'électricité de l'atmosphère.

Pourquoi avez-vous choisi d'être béta-testeur pour Eyeka ?

Pour pouvoir côtoyer des photographes de talent. Pour pouvoir montrer mon travail sérieusement. Et  profiter des services efficaces de Eyeka.

Que pensez-vous de ce type de plateforme de partage de contenu et de l'émergence du contenu amateur dans les médias? Qu'est-ce que ce type de plate-forme pourrait vous apportez personnellement ? Comment imaginez-vou sla plate-forme idéale ?


L'émergence du contenu amateur sur le Net  est une excellente  chose. Je  crois qu'on a tiré les bonnes  leçons à la suite de l'explosion de la bulle à la fin des années 90. A présent, avec  ce  qu'on appelle le Web.2 et  la prolifération des blogs, on se rend compte de la multitude des compétences, des talents anonymes, et les portails multimédia savent utiliser intelligemment le son, la photo, la vidéo, la télévision et la radio sur le Net, dans un équilibre ludique et à la fois passionnant. La sélection naturelle va opérer, mais il en sortira de vraies surprises, de véritables découvertes. Chacun a sa chance, celle d'être reconnu. A présent, je ne m'imagine pas de plate-forme idéale, je suis trop peu calé en la matière.

Wait and see.

Visitez le site de Moland Fengkov