C'est toujours un plaisir pour nous d'accueillir nos créateurs les plus actifs. Alors qu'il se trouvait à Paris pour assister au Salon de l'Automobile pour lequel il a gagné des invitations grâce à l'appel à créations Valeo, K1000du09 a fait un petit détour par nos bureaux pour venir partager ses impressions sur eYeka et sa communauté de 100 000 membres. Bonjour Camille. Pourrais-tu te présenter, dans un premier temps ? Camille : Je m’appelle Camille, je viens de l’Ariège et je suis vidéaste amateur. Je créé des vidéos pour eYeka. Comment as-tu découvert eYeka ? Camille : On va dire que Google est mon ami. J’ai fait des recherches sur Internet, j’ai tapé “concours vidéo” parce qu’à l’époque ça m’intéressait. Je faisais beaucoup d’arrangements musicaux et j’ai voulu franchir un palier en faisant des clips. Pour cela, je me suis intéressé à ce qui existait déjà, donc j’ai cherché et j’ai trouvé eYeka. Je me suis inscrit et j’ai commencé à participer aux concours. Tu as fait ta première vidéo pour le Viral Film Festival. Pourquoi avoir choisi cet appel à créations pour te lancer dans l’aventure eYeka ? Camille : À l'époque c’était le concours le plus ouvert, il n’y avait pas trop de contraintes donc il était assez facile de se lancer. Évidemment, la viralité, c’est quelque chose d’assez compliqué mais le thème n’était pas précis, c’était un bon excercice pour me lancer. Ça n’a pas abouti mais ça m’a permis d’avoir une cible et un objectif. Un essai qui s’est plutôt bien transformé tout de même, car lors de ta seconde participation pour Numericable, tu avais proposé de nombreuses vidéos, et l’une d’entre-elles a été récompensée. Pensais-tu remporter aussi rapidement un prix ? Camille : Rapidement, non. Après, je me suis vraiment donné les moyens pour gagner donc j’espérais beaucoup, et d’un autre côté c’était une vraie surprise, même pour ma grand-mère qui devait utiliser un ordinateur pour la première fois, et qui a donc eu un bon jeu d’acteur ! Mais c’est vrai que ça a eu un impact, et j’ai compris le sens du mot “viral” dont on parlait tout à l’heure. Plus récemment, tu as gagné deux prix pour l’appel à créations Valeo (1000 €). Tous ces concours ont des sujets bien différents. As-tu des critères de sélection avant de participer à un appel à créations ? Camille : Je fais ce qui est vraiment possible avec mes moyens. Je fais déjà le bilan de ce que j’ai, des moyens que je peux employer, et j’étudie la faisabilité selon l’idée. En général, ça vient à 10 000 à l’heure. Je propose l’idée à mes amis, mes “pseudo acteurs”... (Rires) Et on étudie la question ensemble. C’est rarement moi qui fait l’acteur, je partage l’idée et on essaye de la développer. L’objectif est de s’amuser, ça tourne surtout autour de l’humour. On passe un bon week-end à tourner, donc le résultat nous plaît déjà parce qu’on s’est amusés. Le côté publicitaire on s’en fout un peu, il faut surtout que ça soit marrant... Pour Valeo, on s’est filmé la nuit, puis le matin on est revenu pour filmer au même endroit. C’est ça qui est intéressant : le trucage, la technique, la faisabilité.
Tu parles de faisabilité et de moyens. Justement, quel matériel utilises-tu pour réaliser et monter tes créations ? Camille : Je me suis juste équipé d’un camescope qui n’a pas coûté bien cher et un trépier. Ce sont les deux choses nécessaires pour faire quelque chose de présentable. Ensuite, bien sûr, il faut avoir des compétences sur les logiciels, mais ça s’apprend avec le temps. Tu confirmes donc qu’avec assez peu de moyens on peut faire des vidéos qui tiennent la route et qui peuvent concourir pour les appels à créations eYeka ? Camille : Bien sûr ! Tout le monde a sa chance. Une question un peu plus générale maintenant... Que penses-tu du marketing participatif, et plus précisément des appels à créations d’eYeka, qui permettent aux consommateurs prendre part à la communication de marques ou de grandes causes ? Camille : Je pense que c’est une bonne chose. Ca laisse une porte ouverte à ceux qui débutent dans la création vidéo ou musicale. De mon point de vue, je peux dire que par expérience, oui c’est bien ! Après, je ne connais pas les avis du côté des publicitaires ! (Rires) Tu as gagné près de 5 000 € en quelques mois avec eYeka. Es-tu satisfait ? Camille : Depuis que je me suis inscrit, oui, ça fait un an et demi que je participe aux appels à créations. Je suis très satisfait, ça m’étonne même quelques fois. C’est bien la preuve qu’avec une bonne idée et même avec peu de moyens, on peut réussir ! Y-a-t-il une vidéo réalisée par un créateur d’eYeka qui t’a particulièrement marqué ? Camille : Grâce à eYeka je me suis fait pleins de relations. Notamment, dernièrement pour Valeo, j’étais en “compétition” avec LangueDePub. On était en concurrence, mais finalement c’était un collègue. J’aime bien ses créations, il a un site bien développé autour des parodies de pubs. Sinon, Severine Robic m’a interpellé. Mais j'en oublie sûrement... Ils sont 100 000, difficile de tous les citer ! Pour finir, as-tu un mot ou un conseil à donner pour tous les internautes qui hésiteraient encore à se lancer dans l’aventure eYeka ? Camille : Eh bien, le mot d’ordre est “il faut se lancer”. Si vous êtes confiant, que vous avez des idées, lancez-vous parce que ça peut rapporter quand on a de bonnes idées, qu’on s’inverstit et qu’on est bien entouré. Moi, je suis débutant, et honnêtement ça m’a rapporté ! Merci Camille, et bonne continuation !