Olá eYeka!

En ces mois d'automne précédant un long hiver, nous avons parfois besoin d'inspiration pour rester créatifs. C'est pourquoi, ce mois-ci, nous avons décidé de vous emporter vers les pays du printemps pour éveiller votre créativité : partons au Brésil ! 

La meilleure partie dans tout ça, c'est que nous avons deux guides rien que pour nous. Bienvenue à nos créatrice du mois : Tamaris et Fernanda ! Ces demoiselles ont déjà prouvé leur talent  de vidéastes à plusieurs reprises dans les concours très compétitifs de pitch. Elles participent plus généralement sur eYeka séparément mais font parfois équipe et le résultat de ce tandem créatif est assez fascinant. 

Parlez-nous de vous. D'où venez-vous, où vivez-vous et que faites-vous dans la vie ? 

Je suis Tamaris, 26 ans et elle, Fernanda, 33 ans. Nous sommes toutes les deux brésiliennes. J'habite Paris et Fernanda vit à São Paulo. Mais comme nous faisons beaucoup de projets ensemble, nous faisons beaucoup d'allers-retours entre ces deux villes. Nous sommes toutes les deux directrices artistiques et nous adorons tout ce qui est lié à l'art (de la photographe jusqu'à la publicité, en passant par les courts métrages). 

Comment vous êtes-vous rencontrées et que s'est-il passé pour que vous commenciez à travailler ensemble sur des concours eYeka ? Quels sont les avantages et désavantages d'un travail en équipe ?

Tamaris : En fait, nous nous sommes rencontrées au travail et avons donc l'habitude de travailler ensemble. Nous développons beaucoup de projets ensemble, en France et au Brésil. J'étais à São Paulo à Noël dernier et il y avait un concours vraiment très inspirant. J'ai demandé à Fernanda si elle voulait que nous y participions ensemble et elle était ravie. C'est comme ça que nous avons commencé un travail d'équipe sur eYeka également. Nous sommes presque totalement différentes. Mais lorsque nous pensons à un projet, le résultat que nous avons en tête est identique. C'est comme si nous n'avions pas besoin d'en parler. A part ça, nous avons des qualités totalement différentes. Et nous arrivons donc à tirer le meilleur parti de ces différences et à nous compléter : c'est ce qui fait que notre équipe fonctionne si bien. Nous pouvons travailler beaucoup en ligne, mais le plus grand désavantage est de devoir travailler parfois avec jusqu'à 5h de décalage horaire. 

Quel est votre background et comment vous êtes-vous retrouvées dans ce monde créatif ? 

Fernanda : J'ai un diplôme de publicitaire mais j'ai aussi suivi autant de cours de direction de films que j'ai pu pendant mon cursus. J'ai commencé très vite à travailler dans le monde du cinéma et je ne me suis jamais arrêtée depuis. J'ai commencé comme assistante de production, puis je suis devenue assistante de direction et j'ai travaillé avec différents directeurs brésiliens au fil des ans. Il y a trois ans, j'ai décidé qu'il était temps que je me concentre sur mes propres projets et j'ai fait un MBA en industrie du film, ce qui me permet de diriger et de produire mes propres projets. 

Tamaris a fait dix ans de théâtre jusqu'à son adolescence et a toujours su qu'elle était faite pour le monde créatif. Elle est diplômée en production de films et travaille dans des maisons de production en tant qu'assistante de direction. Un an après avoir obtenu son diplôme, elle a été acceptée pour un stage d'écriture de scénario de trois mois dans le fameux Universal Studios pour développer un projet d'animation. Il y a trois, elle est arrivée à Paris pour y passer une année et terminer son Master. Tout a si bien fonctionné qu'elle n'est jamais repartie ! 

Y a-t-il un projet duquel vous êtes tout particulièrement fières ? Pourquoi ? Pouvez-vous le partager avec nous ? 

Nous avons une chaîne de musique du YouTube appelée "2por1". Nous y mettons des clips de musiciens indépendants brésiliens toutes les deux semaines. C'est incroyable de découvrir de nouveaux artistes, les aider à se faire connaître et à développer la scène créative de notre pays. Donc si vous voulez écouter de l'excellente musique, rendez-vous ici

Pourquoi avez-vous commencé à participer à des projets sur eYeka ? Est-ce que quelque chose a changé dans vos vies depuis ? Avez-vous pu y apprendre quoi que ce soit ou avez-vous amélioré vos acquis ? 

Ce que nous aimons sur eYeka, c'est que les concours demandent toujours beaucoup d'inventivité et cassent les codes. Les marques veulent toujours que nous trouvions des idées nouvelles et nous donnent la liberté dont rêvent tous les créateurs lorsqu'ils travaillent dans de grandes agences. Et en même temps, c'est une équipe très "personnelle". Lorsque nous envoyons quelque chose et que ce n'est pas exactement ce qu'ils recherchent, on nous fait un retour totalement approprié et personnalisé et nous permettent de renvoyer une version améliorée. eYeka a totalement changé notre façon de travailler et d'apprendre. La plateforme nous a rendu plus indépendant tout en nous faisant réaliser que, de la même façon qu'il est posisble de "travailler en ligne", il est également possible "d'apprendre en ligne". Nous apprenons de nouvelles compétences qui rendent le processus bien plus simple. 

Quel est votre processus créatif lorsque vous travaillez sur une création pour un concours ? 

Habituellement, nous lisons le brief attentivement et nous dormons dessus. Après ça, nous faisons un gros brainstorming, nous jetons un oeil à ce que la marque a déjà fait auparavant et donnons autant d'idées que possible. Et en fait, nous adorerions avoir la "clé" pour réussir... Tout ce que nous savons est qu'il est important de participer le plus possible, toujours faire de son mieux et ne jamais baisser les bras. Mon père me dit toujours "quand tu es dans la mer et que tu veux rejoindre la terre ferme et le sable, tu vas prendre toutes sortes de vagues. Parfois petites et parfois tu auras l'impression de quasiment te noyer... Jusqu'à ce que tu prennes cette grosse vague qui t'emmènera jusqu'à la plage. La seule chose est que pour attraper cette grande vague, tu dois nager."

Il n'y a pas beaucoup de femmes vidéastes (du moins sur eYeka) et vous êtes un des rares (et superbes) exemple dans cette niche. Pourquoi pensez-vous que ce soit le cas ? 

On ne sait pas très bien finalement. Aux débuts de l'industrie du film, les équipements étaient beaucoup trop lourds et seuls les hommes pouvaient les transporter et donc travailler sur le terrain. Mais de nos jours, c'est difficile à comprendre... Surtout que, de notre opinion, les femmes font un travail incroyable en production cinématographique que nous n'arrivons pas à comprendre pourquoi nous sommes si peu représentées ! 

D'où vient votre inspiration ? Quels sont vos films favoris ? Qui sont vos acteurs/artistes/directeurs/écrivains préférés... ? :) 

Pour nous, l'inspiration vient de partout et nulle part à la fois. Parfois, nous sommes inspirées par une simple image, une musique, une histoire qu'on nous a raconté, les expériences de la vie...

Nous adorions Breaking Bad. Mais lorsqu'on nous parle de séries télé, nous essayons d'en regarder le moins possible parce que nous avons un comportement un peu trop addictif... Nous lisons beaucoup, que ce soit des best-sellers ou de grands classiques. Nous aimons beaucoup José Samargo, Mario Vargas Llosa, Michel Houellebecq et Cecília Meireles. Quelques directeurs brésiliens comme Fernando Meirelles, Luiz Fernando Carvalho, Petra Costa et Anna Muylaert nous inspirent beaucoup. Nous adorons le cinéma français et les oeuvres de Céline Sciamma, Eric Toledano ou François Ozon. 

Une marque que vous voudriez voir sur eYeka ? 

Nous adorons les marques avec qui travaille eYeka. Nous aimerions particier à des concours en ligne comme "Créez la nouvelle publicité TV pour..." ou designer des histoires pour les enfants.

Avez-vous des histoires amusantes à nous raconter qui vous soient arrivée lors d'un tournage ?

Une fois, nous tournions avec ce petit garçon de quatre ans, très mignon. Le lieu était incroyable, une grande maison avec plein d'arbres, un chien, un énorme jardin, une piscine et des tonnes de jouets et peluches. Nous avions terminé de le filmer et nous avons dit à son père qu'ils pouvaient partir. Habituellement, les acteurs sont ravis de pouvoir rentrer chez eux. Mais ce petit garçon ne voulait absolument pas partir et rien ne pouvait le convaincre. Il nous a prit dans ses bras et supplié de le laisser rester parce qu'il voulait vraiment jouer dans le jardin. Il courait dans un sens, puis dans l'autre. Il était vraiment heureux là-bas ! C'était vraiment mignon. 

Quelle serait la fin de la phrase "eYeka c'est..." ? 

... une nouvelle façon de penser. 

Quelles seraient vos recommendations pour les vidéastes débutants qui viennent de commencer à participer à des concours eYeka ? 

Rien n'est impossible et participez à autant de concours que possible ! Même lorsque ce sont des sujets que vous ne maîtrisez pas totalement, vous n'avez rien à perdre. Si vous ne gagnez pas de prix, vous gagnerez en expérience et ça n'a pas de prix ! 

 

Merci pour cette interview les filles ! Nous vous souhaitons bonne chance dans vos aventures créatives et nous avons hâte de vous retrouver dans nos concours !