eÿeka's Community Blog

Follow the community announcement

Our team of dedicated community managers share the big news of the community and eÿeka. Learn more and comment about the best creators, the new contests on eÿeka and what happens with your ideas after the end of the contests.

Stay updated, follow us:

Poupées de papier glacé

By Mikhail Kachakhidze on lundi 12 février 2007 10h41 Call for entries 0

 

 

Ce qui séduit le plus dans ces photos, c'est leur côté à la fois trés spontané et léché. Dans le même temps, elles semblent statiques et animées, elles suggèrent des histoires tout en restant étrangement abstraites. 

D'autres photographes se sont entichés de ce genre un peu kitch, faisant de quelques jeunes filles les idoles d'un monde onirique de pacotille. Anna Gaskell fait à cet égard figure de référence. Ses photos évoquent avec tendresse et nostalgie un monde qui n'est plus.

 

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Détournements du politique

By Mikhail Kachakhidze on lundi 12 février 2007 09h00 Call for entries 0

 

 

L'exercice semble facile et plutôt ludique, mais il a le mérite d'introduire de l'ambiguité dans le jeu du politique. A la fois drôle et inquiétant, Chirac dévoile son aritillerie lourde, ses gestes, ses mimiques, son regard. Il n'est plus qu'une machine qui fonce et siffle, répétant à l'envie les mêmes poses, les mêmes bruits. Une machine qui pose et qui bruite, sans visage ni voix.

Aux amateurs de ces formes ambigues, allez voir du côté de Martin Arnold, qui joue notamment avec la délicieuse Judy Garland, et Peter Tscherkassky dont l'oeuvre est dans ce registre magistrale.

 

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Exporama : le gratuit parisien de l'art

By Mikhail Kachakhidze on dimanche 07 janvier 2007 11h02 Call for entries 0

<font face="verdana">Exporama est posé sur un présentoir à la caisse de la fondation HenriCartier-Bresson. C’est un beau magazine, en format poche ; il a même un aspect un peu « luxe » et trompe les gens qui le prenne pour un payant. « Certains, en le voyant dans les galeries et les musées, ont même hésité à le prendre, pensant qu’un tel objet devait forcément être payant, » affirme dans son éditorial du mois, Claude Maggiori</font><font face="verdana">, directeur de la rédaction d’Exporama.</font>

<font face="verdana">Exporama, dont le premier numéro est paru le 27 septembre 2006, recense toutes les expositions en cours à Paris, chaque rubrique correspondant à un quartier. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un « Officiel des spectacles » exclusivement dédié aux expos ! Exporama est un magazine qui tient un véritable discours sur l’art et qui propose des illustrations en abondance, sur du très beau papier.</font>

<font face="verdana">Exporama est diffusé sur un réseau de galeries d’art, de salles de ventes, d’institutions culturelles et de musées à Paris et en région parisienne. Ce mois-ci il est également diffusé sur les sites de Paris photo. Pour voir la liste des lieux de diffusion : </font>Chez Higgins

<font face="verdana">Pour les paresseux, il est possible de le recevoir chez soi en s’abonnant : c’est 33 euros (pour les frais de port) pour 8 numéros par an...</font>

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Exporama : le gratuit parisien de l&#8217;art

By Mikhail Kachakhidze on dimanche 07 janvier 2007 11h02 Call for entries 0

<font face="verdana">Exporama est posé sur un présentoir à la caisse de la fondation HenriCartier-Bresson. C’est un beau magazine, en format poche ; il a même un aspect un peu « luxe » et trompe les gens qui le prenne pour un payant. « Certains, en le voyant dans les galeries et les musées, ont même hésité à le prendre, pensant qu’un tel objet devait forcément être payant, » affirme dans son éditorial du mois, Claude Maggiori</font><font face="verdana">, directeur de la rédaction d’Exporama.</font>

<font face="verdana">Exporama, dont le premier numéro est paru le 27 septembre 2006, recense toutes les expositions en cours à Paris, chaque rubrique correspondant à un quartier. Mais il ne s’agit pas pour autant d’un « Officiel des spectacles » exclusivement dédié aux expos ! Exporama est un magazine qui tient un véritable discours sur l’art et qui propose des illustrations en abondance, sur du très beau papier.</font>

<font face="verdana">Exporama est diffusé sur un réseau de galeries d’art, de salles de ventes, d’institutions culturelles et de musées à Paris et en région parisienne. Ce mois-ci il est également diffusé sur les sites de Paris photo. Pour voir la liste des lieux de diffusion : </font>Chez Higgins

<font face="verdana">Pour les paresseux, il est possible de le recevoir chez soi en s’abonnant : c’est 33 euros (pour les frais de port) pour 8 numéros par an...</font>

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

D'où vient le nom d'Eyeka ?

By Mikhail Kachakhidze on lundi 01 janvier 2007 00h01 Call for entries 0

<font face="verdana">Eyeka correspond à la réunion de deux termes : "Eye" et "Ka"</font>

<font face="verdana">En anglais, "eye" signifie œil. "ka" pour sa part correspondait dans l'antiquité égyptienne </font><font face="verdana">à une conception</font><font face="verdana"> obscure de</font><font face="verdana"> la </font><font face="verdana">personnalité. Le ka était</font><font face="verdana"> le double de la personne vivante, et venait en elle</font><font face="verdana"> dans sa vie future </font><font face="verdana">lorsqu'elle </font><font face="verdana">recevait des offrandes mortuaires, assurant la survie au mort. Ce concept, se traduit dans la culture occidentale par la notion d’âme.</font>

Eyeka signfie donc "l'âme de l'oeil". C'est une manière pour nous d'affirmer nos valeurs et plus encore notre rapport aux images que nous diffusons.

 

 

Ka

<font face="verdana">Symbole du Ka égyptien</font>

 

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte