eÿeka's Community Blog

Follow the community announcement

Our team of dedicated community managers share the big news of the community and eÿeka. Learn more and comment about the best creators, the new contests on eÿeka and what happens with your ideas after the end of the contests.

Stay updated, follow us:

Découvrez notre Créateur du Mois - Juan Sebastián Echeverri

By Pauline Gaudillat on mercredi 03 octobre 2018 10h01 Featured Authors 0

Bonjour à tous les créateurs eyeka !

Ce mois-ci, nous voulons vous présenter notre créateur d’octobre : Juan Sebastián, connu sous le pseudonyme juansebastianecheverri sur eyeka. Juan Sebastián est un photographe et rédacteur originaire de Medellín en Colombie. Aujourd’hui, il vit à New York. Découvrons son incroyable parcours !

Dites-nous en plus sur vous (ce que vous avez étudié, où vous avez travaillé, où vous vivez, ce que vous préférez dans votre pays/ville, ce qui vous caractérise le plus, et tout ce que vous souhaitez partager) …

Bonjour tout le monde, je m’appelle Juan Sebastián Echeverri.

Je suis photographe et rédacteur. Originaire de Medellín en Colombie, je vis et travaille à New York. J’ai fait des études en publicité. Durant mes études, j’ai eu la chance de travailler à mi-temps pour TBWA\COLOMBIA, dans ma ville natale. J’ai donc eu une expérience pratique très tôt. J’ai aussi rencontré des mentors fantastiques. À cette époque de ma vie, j’ai su que je voulais être rédacteur. Mais, il m’a fallu être patient, car j’ai commencé ma carrière au département production, puis aux médias. Une fois diplômé, j’ai pris un poste de rédacteur à plein temps pour différents secteurs. Je rédigeai entre autres des courriers, des textes sur la production énergétique, des textes commerciaux, d’autres pour des organisations culturelles ou pour des meubles.

À un moment, entre deux contrats pour des agences de publicité, j’ai décidé de suivre des cours dans une école de photographie, pour en savoir plus sur l’aspect visuel de la création. En tant que rédacteur, j’ai toujours eu beaucoup de respect et d’admiration pour les créateurs d’images avec lesquels je collaborais, pour nos campagnes. Je n’ai cessé de mêler l’écriture et la photo, jusqu’en 2015. Puis, j’ai décidé de quitter la publicité et le monde des agences pour une carrière d’indépendant derrière l’objectif.

Comment avez-vous connu eYeka ? Pourquoi avez-vous décidé de nous rejoindre et de participer à nos concours ?

J’ai découvert eÿeka par hasard en janvier 2016. Je faisais des recherches sur Google et surfais sur internet en allant d’un site à l’autre. Je suis très actif en ligne, car je suis très curieux et j’ai besoin d’apprendre de nouvelles choses. J’adore les réseaux sociaux, les applications, les technologies, etc. Tout ce qui peut m’aider à progresser. Je suis tombé sur le concours de l’expérience d’achat chez Carrefour. J’ai lu tous les détails sur eÿeka et je me suis dit que c’était dans mes cordes. Si tous ces créateurs géniaux du monde entier avaient gagné, je pouvais moi aussi remporter le concours. J’ai envoyé ma première idée, convaincu que j’allais gagner, ce qui n’a pas été le cas. La chance du débutant ne m’a pas souri pour ma première participation.

Avez-vous un processus créatif particulier ? Si oui, pouvez-vous dévoiler une partie de votre secret à notre communauté ? Où cherchez-vous l’inspiration ?

Après cette « déception », je me suis fixé des buts et j’ai commencé à organiser mon processus de travail. Je me suis inscrit à mon deuxième concours, avec l’objectif d’obtenir 10 victoires eÿeka au cours de ma première année. Par jeu, je parle de prix eÿeka, comme on parle des Lions, au Festival de la créativité de Cannes. Le secret, c’est qu’il n’y en a pas. Il faut juste travailler dur et régulièrement. On doit trouver des façons de s’organiser et d’exécuter efficacement les tâches répétitives, pour laisser au cerveau la liberté de trouver de nouvelles idées. Plus on participe, meilleur on devient. La créativité est un muscle qu’on doit entrainer. Si on n’a qu’une seule idée, il y a trop de risques. On doit créer ses propres opportunités. Dans ce contexte, cela veut dire participer souvent pour aiguiser ses compétences et augmenter ses chances.

J’ai commencé avec un stylo et du papier. Puis je suis passé à Evernote. J’ai créé un système où je gère les briefs de façon numérique. Je surligne les parties importantes et écris mes idées au bas des notes. J’utilise aussi des codes couleur sur le Mac Finder, pour identifier mes priorités et mes échéances plus efficacement. J’ai aussi des dossiers de logos, de polices, de matrices, d’outils stratégiques, etc.


Pour moi, l’inspiration est la partie la plus facile. Nous vivons dans un monde où nous avons accès à presque tout sur nos écrans. Nous sommes plus connectés que jamais et la toile est fertile en idées. C’est surprenant de voir comme il est facile de créer de nos jours. La prochaine grande nouveauté peut naitre partout dans le monde. Jetez un œil au blog « Everything is a Remix » (tout est un remix) de Kirby Ferguson. Vous verrez que la créativité revient à jouer et à mélanger des éléments que vous connaissez probablement déjà.

(photo avec David LaChapelle, un de mes héros)

Vous adorez la photographie. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quel type de photos préférez-vous ? Avez-vous envie de partager un blog ou un lien avec la communauté ?

J’adore les photos qui me génèrent des émotions en moi. Quand il y a plus que ce qu’on voit. Quand on doit réfléchir à ce qu’il y a derrière, aux intentions du photographe. J’aime la photo intelligente, car elle nait d’une idée. On peut deviner une sorte de préméditation et de réflexion. J’aime aussi les séries de photos, car elles nécessitent un niveau d’engagement supplémentaire. Ce n’est pas juste un clic devant un coucher de soleil. J’aime quand je tombe sur une photo dans une galerie, qui me fait sourire et penser : « Ce photographe est vraiment malin. Je n’avais vu quelque chose comme ça. »

Mon genre préféré, ce sont les photos animées, même celles qui sont repeintes. Je trouve mon inspiration dans l’âge d’or de la peinture néerlandaise, jusqu’aux photographes contemporains, tels que Irvin Penn et Sharon Core.

Voici mon compte Instagram : @juansebastianecheverri

Lorsque vous soumettez une idée, comment faites-vous pour rester positif si elle est rejetée ou si elle n’est pas sélectionnée comme idée gagnante ?

Je suis positif, même quand mes idées sont refusées, car ça fait partie du processus. Et puis, ça ne sert à rien de prendre les choses personnellement. Le but est de toujours créer plus. C’est un jeu de nombres. Si mes idées sont rejetées, cela signifie que je me rapproche de ma prochaine victoire. Si je veux vraiment accrocher ces grandes marques à mon CV, je dois continuer d’essayer en me faisant plaisir.

Ce que je j’aime avec eÿeka, c’est l’affichage de mes présélections sur mon profil. C’est vraiment stimulant de voir ses idées sur cette liste. Ça crée un sentiment d’attente, comme de savoir qu’on est nominé pour les Oscars. On veut juste avoir la réponse au plus vite. Pour moi, être présélectionné revient un peu à avoir gagné.

Que souhaiteriez-vous réaliser (ou avez-vous déjà réalisé) avec les prix que vous gagnerez/avez gagnés ?

Grâce à eÿeka, ma vie s’est beaucoup améliorée. Pour faire court : 2016, j’étais dans ma ville natale, à Medellín. 2017, j’ai déménagé à New York pour réaliser mon rêve de faire un Master en Beaux-Arts à la New York Film Academy. J’avais l’idée d’aller étudier à l’étranger, mais ça m’avait toujours semblé impossible. Peut-être que j’avais juste peur, car chaque grand changement dans la vie représente un défi. Mais, finalement, on est toujours prêt, même si on ne le sait pas encore.

Après toute la paperasse, les candidatures, les visas et même un rapide mariage civil (j’ai épousé ma petite amie, qui est à présent ma femme et je lui serai éternellement reconnaissant pour son soutien, sa patience et son amour), nous avons finalement déménagé dans la grande pomme. Nous avons fait une escale de 8 mois à Los Angeles, mais nous vivons maintenant notre rêve à New York. J’ai reçu mon diplôme avec mention en mai et je travaille maintenant dans mon école, comme photographe et assistant-photo indépendants. Je profite à fond de cette expérience qui a changé ma vie, dans la ville la plus inspirante au monde.

Si vous deviez décrire eYeka en 3 mots, lesquels choisiriez-vous ?

Vive la créativité !

Enfin, aimeriez-vous partager quelque chose avec nos créateurs (un secret, un conseil…) ?

Dépasser les attentes, eÿeka nous donne le pouvoir de créer le type de communications que nous aimerions voir de la part de nos marques préférées. C’est à la fois un grand défi et une immense responsabilité. Il faut résister au cliché et le combattre !



Merci beaucoup Juan Sebastián!

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Rencontrez notre créateur du mois - Stefhemady !

By Thomas Langella on mardi 04 septembre 2018 00h00 Featured Authors 0

Bonjour chers créateurs eYeka,

Ce mois-ci, laissez-nous vous présenter notre créateur du mois de septembre : Stefan, connu sous le pseudonyme de Stefhemady sur eYeka. Stef est un artiste originaire des Philippines, qui nous a rejoint en 2018 et a déjà remporté trois concours ! Découvrons-en plus sur lui ! 

Parlez-nous un peu de vous : ce que vous avez fait/étudié, où vous vivez, ce que vous aimez le plus à propos de votre pays/votre ville, ce qui vous caractérise le plus et tout ce que vous auriez envie de partager avec nous)...

Bonjour eYeka et chers collègues créateurs, je m'appelle Stefan Hemady et suis artiste multimédia aux Philippines. Je suis quelqu'un de simple, qui adore s'amuser. J'aime regarder des films, des dessins d'animation japonais, surfer sur le web (Reddit !) et jouer aux jeux vidéos (en bon fanboy de PlayStation).

J'adore créer. Qu'il s'agisse de vidéos, d'affiches, de sites Internet, la conception me passionne. Même lorsque je ne fais que chatter avec mes amis ou collègues et que l'un d'entre eux envoie une photo, je fais tout mon possible pour la modifier en quelque chose de drôle, juste pour faire rire tout le monde. J'aime cet aspect de mon activité ; pouvoir faire rire et sourire les gens avec mes créations. Mais cela n'a pas toujours fait partie de mes projets.

Au moment où j'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires et m'apprêtais à pousser les portes de l'université, je n'avais pas la moindre idée de ce que je voulais faire de ma vie. J'ai décidé de suivre des études de comptabilité mais je me suis rapidement rendu compte que ce n'était pas pour moi. Au bout d'un semestre à peine, je me suis réorienté vers des études d'infirmier pour m'apercevoir que je n'étais toujours pas sur la bonne voie. Après avoir discuté avec ma mère, j'ai décidé qu'il était préférable que je prenne le temps, en dehors de l'université, de découvrir ce que je voulais faire vraiment. Et c'est comme cela que j'ai découvert l'univers des arts et du design, qui m'a complètement séduit. Je n'ai jamais regretté et je peux maintenant dire avec fierté que cela a été la meilleure décision de ma vie.

Comment avez-vous connu eYeka ?

J'ai découvert eYeka par l'intermédiaire d'amis qui étaient également créateurs sur la plate-forme. Je retourne sur eYeka de temps à autre, lorsque j'ai envie de créer quelque chose de très différent de ce que je fais dans le cadre de mon travail.

Comment choisissez-vous les concours auxquels vous participez sur eYeka ?

À chaque fois qu'un nouveau concours est lancé, je lis son brief très attentivement et j'essaie de réfléchir rapidement à ce que je pourrais faire de manière spontanée.  Si je trouve rapidement quelques idées et que je sens qu'il est possible de les développer davantage pour faire écho au brief, alors je rejoins le concours. Si je sens que je ne peux pas contribuer au sujet du concours, j'en attends juste d'autres qui me conviennent mieux et correspondent plus à mon style.   

 

Quel est votre processus créatif habituel ? Comment travaillez-vous sur les défis eYeka ?

Une fois que j'ai décidé de rejoindre un concours, j'approfondis le sujet un maximum sur mon temps libre et pense aux idées que je suis en mesure de bien exécuter. L'appli « Notes » sur mon smartphone (qui est synchronisée à mon ordinateur portable !) est mon meilleur allié au cours de ce processus. J'ai un fichier de notes intitulé « Fichier de notes principal eYeka », dans lequel je liste tout simplement des idées pour les concours sur lesquels je travaille. C'est tellement pratique de disposer aussi facilement de ses notes dès qu'on trouve une idée. J'énumère la moindre chose à laquelle je pense et au moment de créer, c'est là que je sélectionne celles qui, à mon avis, se rapprochent au mieux du brief. Enfin, je pose à l'écrit les lignes directrices de l'idée pour décrire l'œuvre que j'ai créée ou l'idée que je veux présenter.

Où trouvez-vous l'inspiration ?

Réaliser des œuvres est assez épuisant et renoncer, c'est comme se libérer du stress. C'est pourquoi il est important d'avoir de l'inspiration ; elle nous pousse à aller plus loin. Je travaille dur pour le rendre à ma famille et plus particulièrement à ma mère et mon père qui m'ont toujours protégé et soutenu ainsi que mon choix de carrière.

 

Que souhaiteriez-vous réaliser (ou avez-vous déjà réalisé) avec les prix que vous gagnerez/avez gagnés ?

Je prévois de monter une entreprise à l'avenir, en espérant que les prix et gains remportés par le passé (et à l'avenir également je l'espère !) m'aideront à réaliser ce projet. J'aimerais aussi voyager plus et faire la grande découverte de ce que les gens appellent « le monde extérieur ».

Si vous deviez décrire eYeka en 3 mots, lesquels choisiriez-vous ?

Liberté de créer

Enfin, quel conseil donneriez-vous à vos collègues créateurs sur eYeka, qui viennent juste de rejoindre la plate-forme ? Que conseilleriez-vous aux créateurs qui n'ont pas de compétences particulières en conception ?

À mes collègues créateurs qui viennent de rejoindre eYeka, tout ce que je peux leur dire c'est : « n'ayez pas peur de participer ! » Si vous pensez avoir une idée qui vaut la peine d'être partagée, alors partagez-la. Ne la gardez pas pour vous et faites-vous plaisir. « Les personnes courageuses peuvent accomplir plus de choses en un seul moment que les froussards ne peuvent le faire pendant toute une vie » ; c'est l'une de mes expressions favorites. Alors continuez de nous rejoindre et j'espère que vous pourrez atteindre vos objectifs aussi.

Pour ceux qui ne possèdent pas de compétences en conception, tout ce que je peux leur dire c'est : « ne vous arrêtez pas à cela ! »

Internet est votre ami ; vous trouverez tous les tutoriels dont vous aurez besoin si vous souhaitez apprendre. Et même si vous n'en avez pas envie, tant que vous exprimez clairement vos idées, vous aurez la chance de réussir. J'ai vu d'excellent designs se faire doubler par de meilleures idées présentant des designs plus simples. Tout est possible tant que vous croyez en vous et vos idées !

Merci Stefan d'avoir partagé votre histoire ! Nous vous souhaitons plein succès et bonne chance pour les prochains concours eYeka !

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Rencontrez notre créateur du mois - Evgeniy!

By Pauline Gaudillat on mercredi 01 août 2018 08h30 Featured Authors 0

Bonjour eÿeka !

David Lynch a dit un jour : « La négativité est l'ennemi de la créativité ».
Ce mois-ci, nous vous présentons l'un des créateurs de notgre TOP 20 : evgeniylg123.

Parlez-nous un peu de vous : ce que vous avez fait/étudié, où vous vivez, ce que vous aimez le plus à propos de votre pays/votre ville, ce qui vous caractérise le plus et tout ce que vous auriez envie de partager avec nous)...

Bonjour à tous ! Je m'appelle Evgeniy Lukashenok. 

Depuis tout petit, j'adore dessiner. Lorsque j'avais 10 ans, je collectionnais les crayons et les pinceaux. Un jour, avec un ami nous avons passé des examens dans une école d'art pour enfants. Le professeur était impressionné... Mes parents ont été mis devant le fait accompli : j'allais rentrer dans cette école...

Puis le temps a passé.  J'ai eu mon diplôme de Designer en communication visuelle à l'Académie d'art et d'industrie de Saint-Pétersbourg, qui doit son nom à A. L. Stieglitz. Depuis plus de 25 ans, je travaille comme designer et directeur artistique dans les meilleures agences de publicité de Moscou et de Saint-Pétersbourg. J'ai reçu des prix lors de concours publicitaires, russes et internationaux. Parmi les plus importants, il y a une médaille d'or aux Globes Awards.

Aujourd'hui, j'ai 50 ans et j'aime toujours autant mon travail. J'adore apprendre de nouvelles choses.  Il y a quelques années, je me suis mis à la danse latine et j'y ai rencontré celle qui allait devenir ma femme. Avant ça, j'avais suivi des cours de prise de parole en public. Qui sait ? Demain, ce sera peut-être des leçons de boxe ou autre chose...

Depuis quelques années, je travaille en tant que free-lance. Pendant un moment, on a trouvé ça plus pratique avec ma femme car nous avons eu un petit garçon.

J'aime voyager.

J'aime cuisiner. Pour moi, ça reste de la créativité, mais en même temps je me détends.

Comment avez-vous connu eYeka ?

Travailler dans un bureau impose certaines restrictions. La plupart du temps, on finit par faire des compromis avec les membres de l'équipe. Parfois, on ne prend pas de risque. À un moment donné, j'ai eu envie de plus de liberté, quitte à faire des erreurs. J'ai fait des recherches en ligne et je suis tombé sur eYeka.

Avez-vous un processus créatif particulier ?  Si oui, pouvez-vous dévoiler une partie de votre secret à notre communauté ? Où cherchez-vous l’inspiration ?

Je change souvent de processus de création. Aujourd'hui, il se peut que je me concentre sur un seul projet. Et demain, j'en prendrai deux et passerai de l'un à l'autre. Aujourd'hui, je pourrai écrire mes pensées, demain dessiner et après-demain, ce sera peut-être autre chose.

Mais il y a des étapes qui ne changent jamais. Je passe beaucoup de temps à rentrer dans le sujet.  Puis j'essaie de mettre sur le papier le plus de pistes possibles, dans les grandes lignes. Ensuite, je mets de côté le concours pendant quelques temps. Et c'est généralement après ça que viennent les idées les plus intéressantes.

Et puis il y a la dernière étape, mais qui est peut-être la plus importante. Je relis le brief de temps en temps. Souvent, la solution s'y trouve déjà.

Lorsque vous soumettez une entrée, comment faites-vous pour rester positif si elle est rejetée ou si elle n’est pas sélectionnée comme entrée gagnante ?

C'est toujours une bonne chose lorsqu'une personne croit en vous. Pour moi, cette personne, c'est ma femme. Il se trouve que j'ai découvert eYeka presque immédiatement après notre mariage. Au début, je n'étais pas sûre que ma femme apprécierait ce passe-temps. Le temps que je consacre à des concours, c'est du temps que je ne peux pas accorder à ma famille. Mais c'est tout le contraire qui s'est produit. Lorsque vos proches croient en vous, même quand vous perdez, ça représente beaucoup.

Que souhaiteriez-vous réaliser (ou avez-vous déjà réalisé) avec les prix que vous gagnerez/avez gagnés ?

Les prix m'ont permis de faire plus de voyages, de passer plus de temps avec notre bébé (il a un peu plus de deux ans aujourd'hui)

Si vous deviez décrire eYeka en 3 mots, lesquels choisiriez-vous ?

Créativité, liberté, volonté

Enfin, aimeriez-vous partager quelque chose avec nos créateurs (un secret, un conseil…) ?

J'adore mon travail et parfois je m'implique trop. Mais le travail, aussi intéressant soit-il, ne représente pas tout dans la vie. Au final, ce serait encore mieux si la créativité qui en résulte servait à trouver du temps pour autre chose. C'est ce que j'essaie de me dire quand je deviens trop impliqué.

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Rencontrez notre créateur du mois - Mike!

By Pauline Gaudillat on mardi 03 juillet 2018 07h00 Featured Authors 0

Salut eÿeka!

"La créativité est contagieuse, faites la tourner", disait Albert Einstein.

Ce mois-ci, nous vous présentons un créateur très talentueux: kdesignmike

Dites-nous-en plus sur vous (ce que vous avez étudié, où vous avez travaillé, où vous vivez, ce que vous préférez dans votre pays/ville, ce qui vous caractérise le plus, et tout ce que vous souhaitez partager)…

OK, je vais me présenter : j'ai 50 ans et je suis le père de deux adolescents que j'ai eus avec mon amour de jeunesse, que je connais depuis 32 ans. Ils sont la chose la plus créative que j'aie faite. Nous vivons sur les plages du nord de Sydney, en Australie, que les habitants appellent le « pays de Dieu » et qui abrite peut-être certaines des plus belles plages au monde. J'ai fait carrière dans la publicité pendant 30 ans, travaillant dans des agences australiennes réputées, à la fois grandes et petites, jusqu'à ce que l'occasion se présente de créer ma propre agence en 2001. Mon concepteur-rédacteur et moi avons bâti notre agence pendant près de 10 ans, jusqu'à ce qu'il meure soudainement d'une crise cardiaque au travail et que je décide que j'avais aussi besoin de ralentir.

Comment pourrait-il en être autrement quand vous vivez ici ?

Comment avez-vous connu eYeka ?

Un ami créatif m'a parlé d'eYeka, alors j'ai consulté le site et j'ai décidé de me lancer. Je ne participe pas à beaucoup de concours, je suis assez difficile et sélectif : je ne choisis que ce qui me parle et correspond à mes centres d'intérêt et mon mode de vie.

Avez-vous un processus créatif particulier ? Si oui, pouvez-vous dévoiler une partie de votre secret à notre communauté ? Où cherchez-vous l’inspiration ?

J'ai passé ma vie à apprendre les différents processus créatifs d'une multitude d'agences, mais j'ai tendance à réfléchir longuement au problème à résoudre, à me poser des questions : qu'est-ce que je peux faire pour ceci ou cela, etc. J'ai conçu mes propres cartes de pensée créative après avoir discuté avec des légendes de la publicité dans des agences et lu ce qu'elles avaient écrit (je me tourne toujours vers ces cartes pour trouver l'inspiration). Mon meilleur conseil est de suivre votre instinct : si vous vous êtes imprégné du produit et comprenez bien le problème, votre instinct vous guidera vers la solution. C'est peut-être le fruit de 30 ans d'expérience, mais je suis capable de reconnaître le moment où j'ai fait quelque chose de valable : c'est le moment « wow ».

Lorsque vous soumettez une entrée, comment faites-vous pour rester positif si elle est rejetée ou si elle n’est pas sélectionnée comme entrée gagnante ?

Tous les créatifs tiennent à leurs idées ; nous pensons toujours qu'elles sont excellentes, alors les échecs ne sont pas bien vus. Vous devez croire en vos idées, sinon vous n'arriveriez jamais à finaliser un travail ou à participer à un concours. Nous sommes tous des critiques, mais nous ne sommes jamais aussi critiques qu'avec nous-mêmes. Personnellement, ma façon d'affronter l'échec est de ne pas participer à beaucoup de concours : je dois me sentir sûr à 100 % de mon idée pour la réaliser et la proposer dans le cadre d'un concours.

 

Que souhaiteriez-vous réaliser (ou avez-vous déjà réalisé) avec les prix que vous gagnerez/avez gagnés ?

J'ai travaillé avec de grandes agences, remporté des prix à travers le monde et créé ma propre agence, alors j'ai le sentiment d'avoir tout accompli. Ouvrir et bâtir ma propre agence a été la chose la plus difficile et la plus gratifiante que j'aie faite. Au bout de 10 ans, j'ai décidé de ne plus diriger mon agence, alors je participe à ces concours parce que j'adore les idées et que j'aime simplement repousser les limites de ma créativité. Ça fait travailler mes méninges et, à mon âge, c'est une bonne chose, hahaha…

Si vous deviez décrire eYeka en 3 mots, lesquels choisiriez-vous ?

Stimulant – Liberté – Compétitif

eYeka est une plateforme qui vous permet de vivre ces trois mots à une échelle mondiale.

 

Enfin, aimeriez-vous partager quelque chose avec nos créateurs (un secret, un conseil…) ?

Mon secret est que j'ai toujours un stylo et du papier sur moi. Mon ancien rédacteur avait en permanence une feuille de papier et un stylo dans la poche de sa veste et j'en ai profité à de très nombreuses reprises. Depuis qu'il est décédé, j'ai dû devenir beaucoup plus responsable. Même quand je vais me promener sur la plage avec le chien, je peux toujours noter une idée ou une pensée et je garde du papier et un stylo sur ma table de chevet. Si seulement j'avais un dollar pour chaque fois que j'ai griffonné une idée au milieu de la nuit… Dernier point : ne restez pas assis à un bureau à regarder une feuille blanche en espérant qu'une idée va arriver, parce que ce ne sera pas le cas. Allez faire une balade, surfer, peindre une toile, dessiner des motifs de surf, jardiner, écouter de la musique… Trouvez ce qui fonctionne pour vous.

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte

Rencontrez notre créateur du mois - Vincent!

By Thomas Langella on mardi 05 juin 2018 00h00 Featured Authors 0

Salut eYeka !

Soyez suffisamment courageux de vivre la vie de façon créative. Un lieu de création où personne d’autre n’a jamais été — Alan Alda.

Pour le mois de juin, nous vous présentons l’un de nos meilleurs créateurs 2hdesign.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je m’appelle Vincent, j’ai 36 ans et je suis marié. J’ai deux enfants et je vis à Verdun, dans l’est de la France. J’aime l’art en général (la peinture impressionniste, la musique, la nature et ses délicieux champignons, la cuisine et le graphisme). Je travaille dans le graphisme depuis un peu plus de 16 ans. Depuis mon premier Photoshop, tout a beaucoup changé. Je suis complètement autodidacte dans tout ce que je fais (musique, peinture…). En plus des concours eYeka, je crée et gère de sites « mainstream » avec ma femme. C’est notre activité principale. Je développe aussi plusieurs projets parallèles liés au graphisme. Nous sommes très occupés, mais nous trouvons toujours le temps de participer aux concours eYeka.

Comment avez-vous connu eYeka ?

J’ai découvert eYeka par hasard, en faisant une recherche Google sur la conception graphique. En 2012, j’ai participé à mon premier concours que j’ai perdu et j’avais laissé le site de côté. Nous sommes retombés dessus par hasard en 2016 et avons retenté notre chance. Cette fois-ci avec plus de succès. Depuis, nous participons aussi souvent que possible.

Avez-vous un processus créatif particulier ? Si oui, pouvez-vous dévoiler une partie de votre secret avec notre communauté ? Où cherchez-vous l’inspiration ?

Je n’ai pas de processus particulier. Mais, après avoir lu le brief avec ma femme, nous commençons toujours par une petite recherche sur le produit et la marque. Ensuite, je fais des essais sur Photoshop. Je vois si le projet tient la route et je prends des notes. Je choisis toujours plusieurs pistes, de la plus raisonnable à la plus délirante. Mais, elles n’aboutissent pas toutes, faute de temps. L’inspiration peut venir de n’importe où. Parfois elle n’a rien à voir avec le sujet du concours. Ça peut être une musique, un moment où je cuisine, ou toute autre chose. Ce qui importe, c’est de garder un esprit ouvert.

Lorsque vous soumettez une idée, comment faites-vous pour rester positif si elle est rejetée ou si elle n’est pas sélectionnée comme idée gagnante ?

Pour être honnête, c’est toujours frustrant, en particulier quand on pense que l’affiche ou le projet correspond bien au brief. Mais, cette frustration peut devenir une alliée et nous aider à repousser nos limites et à innover. Chaque étape est une victoire, car on s’améliore toujours et, finalement, c’est ce qui compte le plus. Dans le domaine de la publicité et du graphisme, on reçoit beaucoup de refus. Ça ne veut pas dire que notre projet est mauvais, mais qu’il ne correspond pas forcément aux tendances du moment ou à l’identité de la marque.

Que souhaiteriez-vous réaliser (ou avez-vous déjà réalisé) avec les prix que vous gagnerez/avez gagnés ?

Nous n’avons pas d’objectif précis, mais les récompenses que nous gagnons nous permettent de sortir un peu de notre routine.

Si vous deviez décrire eYeka en 3 mots, lesquels choisiriez-vous?

Liberté, créativité, défi

Enfin, aimeriez-vous partager quelque chose avec nos créateurs (secret, conseil…) ?

Libérez votre créativité et faites-vous confiance. N’abandonnez pas un projet, même s’il vous semble complètement fou ou trop simpliste. Parfois, il suffit d’un détail infime pour gagner ou pour devenir une innovation majeure.

Merci infiniment, Vincent ! Nous avons hâte de voir vos prochains projets !

Join the conversation, leave a comment

Se connecterCréez votre compte